Russie: Saint-Pétersbourg – Moscou

Mardi 2 juillet, arrivée comme prévu à Saint-Pétersbourg. On nous dépose à la station de bus. Sauf que les gens qui prennent le bus à Saint-Pétersbourg sont des locaux, et les locaux, ils ne parlent pas français, et tout est écrit un russe (ce qui est normal ma foi)! Je décide donc de brancher l’ordinateur pour me connecter à internet, je ne sais même pas où je me situe dans la ville! Sauf que pour se connecter à internet, il y une manipulation à faire, et en alphabet cyrillique, c’est tout de suite moins facile. Après 20minutes de recherche, j’abandonne et décide d’aller me renseigner ailleurs. Au guichet, je suis accueilli avec une joyeuse tête d’enterrement. J’apperçois alors un backpacker d’une 50aine d’année qui a l’air un peu paumé aussi. L’union faisant la force, je vais l’aborder, c’est un américain, le taxi l’a déposé au « bus station » au lieu du « train station » et personne pour l’aider. Au final, l’union ne fait rien du tout où l’on est. Puis je rencontre deux jeunes qui baragouinent deux mots en anglais. Ils m’indiquent où se trouve le métro et me donnent une petite carte avec le plan du métro: ça va déjà mieux! Je pars donc fièrement en direction de la station de métro, laissant mon confrère américain errer dans la station. Je décide d’aller en centre ville afin de trouver quelqu’un qui puisse parler anglais pour pouvoir appeller mon hôte que j’ai trouvé via couchsurfing.

A peine sorti du métro, j’entends un musique qui m’est familière dans la rue: Vanessa Paradis, quelques mètres plus loin Jean-Michel Jarre à la radio; bonjour la Russie ! Par ailleurs, ici tout le monde est fan de la chanteuse française Zaz, comme en République tchèque. Il y a foule dans la rue. Je demande à quelqu’un qui m’a l’air de parler anglais (ne me demandez pas pourquoi), elle parle effectivement anglais. Je lui explique que je dois joindre mon hôte, etc,.. Au final, on va boire un café, elle réussi à joindre par téléphone celle qui m’hébergera ces quelques jours à SPb (pour les intimes!). Une demi heure plus tard je rejoinds le lieu de rendez-vous et rencontre Anisiia, qui m’a proposé quelques jours auparavant de m’héberger avec un autre voyageur allemand, et une russe habitant en Allemagne. On part poser mon sac chez elle, dans la banlieue nord. Puis on s’en va rejoindre les autres.

Les présentations faites, Pascal l’allemand, Olga, la russe (et son cousin qui habite dans le coin), Anisiia notre hôte et moi-même partons marcher en ville. On s’installe ensuite dans un parc. Il doit être 22h et encore un grand soleil s’impose dans le ciel! J’apperçois alors des gens lancer des frisbees, dont l’un d’entre eux se distingue par sa technique: celui là ressemble à un joueur d’ultimate! Je vais donc lui demander, c’est le cas, il m’invite volontiers à me joindre à son équipe le lendemain soir pour s’entrainer! Très bien! Mes nouveaux acolytes et moi partons ensuite manger un morceau et prenons le dernier métro, il est minuit quand on arrive à l’appart, il fait encore jour…  C’est assez curieux mais lorsqu’il ne fait pas nuit, on est vraiment moins fatigué, on se couchera finalement à 4h30 en prévoyant de profiter des « nuits blanches » de Saint-Petersburg la nuit prochaine en centre ville.

Le lendemain, réveil tardif, Olga est parti pour l’Allemagne dans la matinée. On prend notre temps et j’en profite pour prendre mon billet de train pour Moscou. Au milieu de l’après-midi, on décide d’aller se promener en centre ville. Saint-Pétersbourg est magnifique, tout les bâtiments en centre ville ont quelques chose de spécial, j’adore! On s’assied un moment pour apprécier un guitariste chanter des chansons populaires russes, je passe un super moment. Puis on se rend à mon entrainement d’ultimate. 2h30 après, après un décrassage pour le moins intensif, Anisiia, Pascal et moi nous rendons à nouveau en centre ville. On passe la nuit tous les trois,.. et avec des milliers de personnes, à errer dans la rue. C’est assez surréaliste. On rentre finalement à 6h.

Jeudi 4 juillet, dernier jour à Saint-Pétersbourg, je pars le soir même à Moscou via un train de nuit. On part passer l’après-midi (n’aillant encore pas vu la matinée à SPb!) dans un parc sur une île. Et une nouvelle fois, tout est très beau, il y a même une sorte de plage avec de beaux terrains de beach volley et des joueurs d’ultimate à côté (avec qui je passe encore un moment).

Toujours se mefier de l'ecureuil qui dort..

Toujours se méfier de l’écureuil qui dort..

...celui là ne semble pourtant trop agressif!

…celui là ne semble pourtant trop agressif!

Je dois ensuite récupérer mes affaires et aller à la gare. On arrive deux heures avant pour diverses raison, et on a eu raison: une vrai galère pour récupérer le ticket de train, tout ça parce-qu’on avait pas imprimé un papier. Il faudra 1h30 pour réussir à l’avoir, en faisant la queue pendant qu’un autre court à droite à gauche,.. Je me voyais dormir une nouvelle fois à Saint-Pétersbourg; finalement je dormirai bien.. dans mon train!

Avec Anisiia et Pascal

Avec Anisiia et Pascal

N’ayant pas trouvé de 3ème classe, je me trouve dans une 2ème avec une femme et ses deux enfants de 10 et 15 ans je dirais. On essaye de communiquer, je dis bien on essaye!

Vendredi 5 juillet, 10h et des poussières, arrivée à Moscou. J’ai « temps libre » jusqu’à 18h30, heure à laquelle je dois rencontrer Yura, qui est l’ami d’une amie d’un ami! Et mon ami, c’est Nico, qui m’avait trouvé ce contact alors que j’étais à Prague! Je passe la journée entre place Rouge et cafés pour flaner sur internet.

Une petite sieste s’impose aussi à côté du Kremlin. Puis je pars rejoindre Yura.

J’en profite pour vous parler du grand intérêt du métro en Russie: c’est le seul lieu public où tous les noms sont écrit en russe et en anglais: parfait pour apprendre l’alphabet cyrillique, je passe mon temps à essayer de lire le noms des stations, très efficace!

J’arrive donc station Suralevskaya ou je retrouve Yura. C’est un vrai globe trotteur. Le nombre de pays qu’il a visité est impressionnant et ses récits sont très interéssants. Il me propose de le suivre tout le week-end, il a plein de choses de prévu. Je vais pouvoir découvrir la vie moskovite! Et bien, pas tout à fait, cette soirée là j’ai rencontré plus de français et d’irlandais que de russes! Quoi qu’il en soit, ce fut une très bonne soirée.

Samedi 6 juillet, Yura, qui connait la Russie comme sa poche me conseille pour le transibérien de booker mes billets en faisant plusieurs escales: je m’arrêterai donc à Kazan, Iekaterinbourg et Novosibirsk, avant de rejoindre Irkoutsk ou je devrai faire mon via mongol. Puis, on se rend à « la suite » de l’anniversaire d’un irlandais dans un parc pas du tout touristique, mais blindé de russes. C’est du grand n’importe quoi, tout le monde est agglutiné les uns sur les autres. Mais tout le monde est content, c’est le principal. L’ambiance de notre « groupe » est convivial, un français a amené sa gratte, j’ai le droit aux chansons que j’entends habituellement en France (rebonjour la Russie!) avec quelques petites exceptions assez exquises! On part ensuite dans un pub en centre ville avant de rentrer. La soirée fut très sympathique!

Dimanche 7 juillet, Agafya, un amie de Yura, passe à l’appart. L’après-midi sera sous le signe de l’Art, avec un très beau tableau peint par nous même. Nous partons ensuite à l’anniversaire d’une ami à Yura dans un restaurant.. dans une sinagogue! Drôle d’atmosphère, tout est très officiel, tout le monde est en costard-kipa, moi je suis en jean-teeshirt sans manche… Bref, on part finalement rejoindre Agafya, qui nous a quitté en milieu de soirée boire du thé et fumer la chicha dans un restaurant typique d’Azerbaidjan, ou je ne sais plus trop d’où. Elle est avec Natalia, une amie à elle. On papote et Natalia qui a très peu de boulot le lendemain, mais qui est aussi la seule à être vraiment de Moscou (Yura et Agafya sont de Rostoff dans le sud), me propose de me faire visiter Moscou le lendemain. J’accepte avec grand plaisir et le rendez-vous est donné pour 10h.

Lundi 8 juillet, je rejoinds donc Natalia. En effet, elle est bien d’ici, en tous cas elle semble connaitre la ville dans les moindre recoins: sa visite est tout simplement passionnante, je ne pouvais pas rêver mieux! Elle me montre vraiment tout ce qu’il y a de plus important à voir, tellement d’anecdotes que je mettrais beaucoup trop de temps à tout raconter ici (il faudra me demander!). On part même prendre le bateau. On mange dans un restaurant typique russe-ukrainien. Vous l’aurez compris: Je suis ravi!

En fin d’après-midi on rejoind Agafya et Yura pour aller dans un bar typique russe pour qu’il me montrent « LA » tradition, à base de vodka (un peu de vodka!).

Puis on se rend dans un parc faire un tour. Juste en partant, Agafya se met à hurler (« cri de fille quand elle est contente« ). Elle vient de rencontrer une amie à elle de Rostoff. Cette dernière est actrice et il y a une représentation de courts métrage où elle joue dans un cinéma plein air dans le parc: changement de direction, on part au ciné! Quelle journée! On rentre ensuite, je suis crevé, demain c’est repos! Yura me donne quand même quelques adresses à voir dont celle d’un parc soviétique. Je dois aussi rejoindre Natalia qui s’est proposé de m’enregistrer comme étant son hôte (elle est la seule enregistrée à Moscou), sans quoi je risque d’avoir des ennuis ultérieurement.

Mardi 9 juillet, après une bonne grasse matinée, je rencontre une des collocataires anglaises de Yura qui revient du lac Baïkal (où je compte me rendre via le transsibérien) avec deux de ses amies. On discute, j’ai le droit à plein de conseils, qui s’ajoutent aux nombreux que m’a donné Yura. On me donne des contacts « as well »! Puis je pars faire un tour dans le parc dont l’adresse m’a été donné par Yura. Il faut savoir qu’il ya plein de parc à Moscou, et beaucoup sont très beaux!

Je rejoins ensuite Natalia pour aller faire de la paperasse, c’est aussi agréable à faire qu’en France… Heureusement, les gentilles dames de la poste russe sont pressées de rentrer chez elles, la vitesse d’exécution en est tout de suite amélioré. Un coup de tampon, et on en parle plus! Retour au bercail, je récupère mon sac, et en route pour la gare où m’attend la première partie du Transsibérien, avec pour première étape Kazan! Encore quelques échanges avec Yura, toujours aussi intéressant (le genre de gars que tu as envie de rencontrer quand tu voyages!). On se dit à la revoyure et me voici dans mon train en 3ème classe avec pour seul traducteur un marmot d’une dizaine d’année qui aide l’hôtesse à me faire comprendre ce qu’elle veut dire!

Avec Yura

Avec Yura

Pour ceux qui ne le sauraient pas, quand on parle de Transsibérien, on évoque la voie ferrée reliant la Russie occidentale de Moscou à l’orientale de Vladivostok, et non pas un train. En fait, plusieurs trains font le trajet tous les jours, entièrement ou par bribes. Si mes souvenirs sont bons, deux voies se distinguent à partir de Moscou, je prendrai celle plus au sud pour passer par Kazan, ville qui vaut le coup d’œil d’après ce qu’on m’a dit. Je me rendrai ensuite à Ekaterinbourg, où ces deux voies se seront rejointes.

Nous sommes le mercredi 10 juillet, il est 00h30, je suis dans mon train qui me plonge petit à petit en pleine Sibérie, et je n’ai jamais été autant à l’EST!

"La Russie, c'est comme ca!"

« La Russie, c’est comme ca! »

9 réponses à “Russie: Saint-Pétersbourg – Moscou

  1. Je viens de prendre ENFIN le temps de te lire !
    Tu écris super bien, on s’y croirait !!! Tout à l’air de rouler pour toi et toutes ces choses que tu racontes on l’air géniales à vivre !!
    Profites bien et je te suivrais plus régulièrement ! Parole de studelienne !!
    Bisous kéké

  2. c’est vrai que c’est sympa! Tu me diras bien avant d’arriver en Malaisie, j’ai encore un contact en or pour toi. Et fatiguant le voyage n’est-ce pas, pense aussi a prendre le temps de te poser de temps en temps. La bise!

  3. Trop trop bien ! J adore !! Tu es formi formi formidable !! Allez j attends la suite !! Bise mon petit neveu !!

  4. Bravo et Merci à notre kiné globe trotters pour le partage de ses aventures vers l’Asie. Arret sur image à St Pétersbourg, ville insolite , mytique en lisant le livre de Vladimir Fédéroski  » le roman de St Pétersbourg », narrant avec des faits réels l’histoire de cette ville crée en 1703 sur la seule volonté de Pierre Le grand ! Bon voyage sur le Transsibérien.

  5. J’suis en train de dévorer ton blog. Ton voyage fait envie !
    Et les photos de Moscou et Saint-Pétersbourg me rappellent des supers souvenirs.
    Profite bien !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s