Laos : sillonnant les rives du Mékong

Jeudi 16 Décembre, cela fait 10 jours que je suis à Luang Prabang et Julie, une amie rencontrée à Pékin deux mois plus tôt (cf article précédent), m’a rejoint depuis quelques jours pour qu’on fasse un bout de chemin ensemble en Asie du Sud-Est. De plus, il pleut. Bref: il est temps de partir!

On prend notre bus sous une pluie battante pour Vang Vieng, plus au sud. Le trajet de 6h se fait principalement de nuit, dans des routes de montagne, avec aucune visibilité. Sympathique expérience! On arrive finalement à bon port et trouvons la chambre d’hôtel la moins qu’il m’ait été donné de voir: 2€50 avec deux lit et un salle de bain. Confort spartiate mais plus que correct!

Vang Vieng est surtout réputée pour ses fêtards et son tubing: vous vous rendez en haut de la rivière avec une grosse bouée et descendez en vous arrêtant à tous les bars pour boire un ou plusieurs verres. A chaque verre, vous « gagnez’ un bracelet. Or, tout ça est presque terminé depuis deux ans, seuls trois bars sont encore ouverts. En effet, le gouvernement a décidé de prendre des mesures étant donné les tristes statistiques de la ville: 1 touriste mort par mois! Tant mieux, on m’a raconté l’ambiance plus que médiocre de l’endroit auparavant. Par ailleurs, le jeune bourré qui est venu embêter la pauvre mamie qui cuisinait ses pancakes dans la rue en la tenant par le coup et éteignant la lumière de son étale nous a donné un bel exemple ce que ça devait être…

Mais Vang Vieng, c’est surtout un magnifique payasage dès que vous sortez de la ville, et c’est la qu’un arrêt y prend tout son interêt!

A noter que Vang Vieng est le seul endroit qu’on visitera qui ne se trouve pas au bord du Mékong mais à quelques centaines de kilomètres à l’est.

Mardi 17 Décembre, nous louons un scooter et partons nous balader. Au programme des paysages grandioses et plein de grotte à visiter.

Le soir, on rencontre Marion dans un restaurant. Cette française habitant dans la région stéphanoise (c’est à dire chez moi!) travaille ici depuis une semaine. Elle voyage en asie sud avec un tout petit budget mais semble très bien s’en sortir et prend visiblement de plus en plus goût au voyage!

Mercredi 18 Décembre, balade matinale autour de la ville, quelques dernières photos et départ pour Vientiane, capitale de ce petit Pays.

On y arrive le soir, difficile de se dire que nous semble dans une capitale. Pas un bâtiment de plus de 3 ou 4 étages. Les chinois ont du leur piquer tous leurs buildings!

Jeudi 19 Décembre, ça se confirme avec la visite de la ville. On est très loin de l’atmosphère d’une capitale. Vientiane est peu à l’image de son pays, c’est assez calme, plutôt joli même si les lieux à visiter de se bousculent pas au portillon!

Le soir, entrainement d’ultimate frisbee au programme. Ca faisait lontemps! Exactement depuis mon séjour à Tianjin (cf article Tianjin), soit 3 mois auparavant. J’avais contacté le club de la ville la veille, dont j’avais trouvé les coordonnées sur internet. Le trajet pour se rendre sur le terrain sera plus compliqué que prévu. J’ai 5km à parcourir, je pensais les faire à pieds, mais réalise que j’ai pris du retard dès le départ! Je décide de prendre alors un tuktuk, et lui demande alors de m’emmener à l’ambassade d’Inde, qui se trouve juste à côté d’après le plan que j’ai en ma possession. En route, je commence à avoir des doutes. L’ambassade est au bord du Mékong sur mon plan, le chauffeur a vu le plan et se dirige pourtant dans les terres. Je lui demande de confirmer, il a l’air serrein! Nous arrivons à l’ambassade d’Inde, qui, comme je le craignait, n’est pas du tout là où je l’espérait! Je le dis au chauffeur, qui me dit qu’il a remplit sa tâche, je lui dit que je suis paumé, il commence à s’ennerver, je le calme donc et nous allons ensemble demander à une passante s’il elle peut nous donner un coup de main. Finalement le chauffeur semble avoir compris, et me dépose au bord du Mékong, mais au milieu de nulle part! Il semble ne pas en savoir plus que moi, je le remercie, le paye et m’en vais aborder un cycliste. Heureusement, celui-ci semble connaître l’endroit et parle anglais couramment; il m’indique alors que je suis tout simplement à 2km du bon endroit. Or je suis déjà en retard pour l’entrainement. Je décide de partir donc en courrant. Il me propose alors de le suivre jusqu’au terrain. Quelques minutes plus tard, j’arrive enfin, en sueur, mais enfin! Et en fait, les joueurs sont en train d’attendre les clés du terrain! Je ne suis donc pas en retard et pour le coup je suis même déjà échauffé! L’entrainement sera plus organisé autour d’un match, très bon moment. Et pour le chemin du retour, une joueuse me déposera en scooter devant mon hôtel!

Vendredi 20 Décembre, départ pour Savannaketh! On y arrive le soir à la tombée de la nuit. On se rend se balader en centre ville le soir, mais on ne parvient pas à trouve de centre ville. En fait, dans ce qu’on pense être le centre ville, tout est fermé, l’endroit est désert. On se rend alors en bord du Mékong: même chose à part un ou deux petits restaurants de rue. Cette ville ressemble à une « station balnéaire fantôme » autrefois fréquentée mais complêtement délaissée. Très étrange. On ne restera pas et décidons de partir le lendemain matin.

Samedi 21 Décembre, départ tôt pour Pakse, encore plus au sud. On arrive dans cette charmante petite ville en milieu d’après-midi. On trouve une guest house dans une ancienne clinique. Puis on trouve un petit restaurant indien très bon marché et délicieux sur l’artère principale. Puis on s’en va faire un tour de la ville et croisons un couple de quarantenaires anglais qu’on avait rencontré dans le bus le jour même. On passe un bon moment ensemble.

Dimanche 22 Décembre, après une matinée balade dans la ville, on décide de se rendre à Champassak, se rapprochant ainsi encore un peu plus de 4000 Iles. Cette commune fut autrefois une ville princière. De plus, à proximité se trouve le temple Vat Phou, dont les ruines visibles, issues de l’empire Khmer, seraient plus anciennes que celles d’Angkor.

Un tuktuk nous emmène alors à la station de bus locale, au milieu d’un marché, et nous voilà dans notre bus de compétition.

Deux heure plus tard, le chauffeur s’arrête en plein milieu de la route. On nous fait signe de descendre et on nous indique une rue à prendre. Etrange, il y a bien quelques maisons, mais rien qui ne ressemble à une ancienne ville princière! Et pourtant nous y sommes. On nous le confirme. On trouve une guest house au bord du Mékong puis partons nous balader. Autant vous dire qu’une ville avec une seule, on en a rapidement fait le tour! Mais c’est néanmoins joli, quelques anciennes villas coloniales côtoient les maisons en bois et les ruines.

DSC07851

Lundi 23 Décembre, on décide de visiter le temple Vat Phou assez tôt le matin afin d’essayer de partir pendant le temps de midi pour les 4000 Îles. Noël se rapproche à grand pas! On loue ainsi des vélos et nous voilà parti jusqu’au temple. On s’était imaginé une balade tranquille mais on se retrouve avec des vélos aussi vieux que la colonisation française du Laos sur un route pleine de graviers, en plein soleil, et à 10km. Une nouvelle bonne expérience, très bien!

Un peu moins bien de réaliser que le temple est finalement minuscule. Je ne sais pas si on y serait allé, si on avait sur qu’on passerait deux fois plus de temps sur nos vélo que dans le temple! Pour autant, ça reste joli à voir. Pour la petite histoire, une route ancienne relie le site à celui d’Angkor.

Il est temps de faire demi-tour, et le temps de perdre quelques kilos, nous voilà de retour à la guest house. On récupère alors nos sac et nous voilà parti jusqu’à l’embarcadaire de la ville, qui nous permettra de prendre une barque qui nous fera traverser le Mékong, afin de rejoindre la route principale pour les 4000 Îles.

Encore une fois, notre notion des distances n’est pas au point et on marche encore 45minutes avec nos sac sous la chaleur écrasante du sud du Laos. Finalement, on arrive à bon port, si je puis dire, et on traverse assez rapidement le fleuve.

 

De là, on recherche un tuktuk qui pourrait nous faire rejoindre la route principale à 5km de là. On demande à des villageois qui s’en vont visiblement sortir le chauffeur de sa sieste. Et quelques minutes plus tard, on arrive sur la route principale. On nous indique alors qu’un bus doit passer dans une demi-heure. Parfait! On a le temps de manger une bonne soupe de nouille dans un petit restaurant au bord de la route. Enfin, un bus arrive, et nous voilà de retour sur la route jusqu’à un petit village de pêcheur. De là, on prend alors une dernière pirogue qui nous amène enfin sur l’ïle de Don Khone.

Les 4000 Îles sont en fait un ensemble d’îlots dont la plupart ne sont même pas habitables ou accessibles, et sont plus au moins visibles en fonction de la hauteur du Mékong. Seules les 3 plus grosses îles sont fréquentées: on distingue ainsi Don Khong, isolée et sauvage, Don Det, l’île où se retrouvent les fêtards, et Don Khone, reliée à Don Det par un pont, beaucoup calme, endroit excellent pour se reposer et par exemple passer un Noël!

On trouve une une guest house pas chère, avec une grande terrasse sur le Mékong nous offrant un somptueux coucher de soleil.

Mardi 24 Décembre, petite balade sur Don Det et Don Khone, et achat de l’apéritif pour la soirée. On souhaite acheter du vin, mais les bouteilles sont hors de prix et surtout conservées à températures ambiantes, soit 30 degrés. Nous ne ferons pas l’erreur.

Le soir, apéritif, coucher de soleil sur la terrasse. Un noël en short et en tee-shirt, ce n’est pas déplaisant! Puis, une des locataires française nous invite à nous rendre à la guest house d’à côté. La propriétaire est une autre Julie, une parisienne d’origine laotienne de 26ans qui est venu monter sa guest house ici il y a 3ans, en tombant sous le charme de l’endroit. Il y a de quoi! On passe une bonne fin de soirée ensemble.

Pour vous résumer les jours suivants, mis à part un tour de vélo autour de Don Khone, j’ai passé l’essentiel de mon temps à me reposer dans la guest house de Julie, à rencontrer des gens, écouter de la bonne musique, manger de la bonne nourriture, le tout sur une terrasse avec vue sur le Mékong, et bien sur un coucher de soleil différents chaque soir. Un vrai petit coin de paradis!

Dimanche 29 Décembre, il est temps de partir si on souhaite passer le Nouvel An sur une plage du Cambodge.

Le Laos est un pays que j’ai beaucoup aimé, il aurait fallu que je reste plus de temps, mais à ce moment là, je suis aussi ravi d’aller voir l’océan et de pouvoir m’étendre sur une plage de sable fin. Je suis encore assez fatigué de bouger, et commence à penser à aller en Thailande me reposer un mois sur une île avant de prévoir autre chose. La fameuse crise des 6 mois ! Mais en attendant, Julie et moi voulons découvrir le Cambodge, et ce sera le sujet du prochain article!

2 réponses à “Laos : sillonnant les rives du Mékong

  1. Tes photos fond rêver parfois !
    Ca fait tellement longtemps que t parti !!!!
    Tu vies une expérience unique c’est génial.
    Jte dis pas a bientôt mais j’espère pas trop long quand même hein!
    Bise.
    Anneso 😉

  2. Merci pur ce beau récit.
    Ayant personnellement vécu 1 an au Laos je confirme que c’est un pays absolument fabuleux.
    Mon petit coup de cœur : le Nord avec les superbes randonnées que l’on peu faire notamment à Luang Namta.
    Merci et bons futures voyages!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s